Comment mon cœur pleure ce soir

Publié le 20 Avril 2021

Comment mon cœur pleure ce soir

Besoin d'écrire….

Que l'encre coule, à la place des larmes.

Mon petit, mon tout-petit, comme je t'aime… tu n'imagines pas. L'amour d'une mère. Inconditionnel dit-on… comme c'est banalement fade.

C'est tellement plus que ça. C'est tout mon cœur qui t'aime, tout mon corps, tout mon être, toute mon âme.

La vie ne t'épargne pas, petit amour, depuis ta naissance.

Tu n'es pas pauvre, tu n'es pas malade, tu n'es finalement pas le plus à plaindre, certes, mais quelle épreuve te met-on sous le nez de tes 4 ans!

La vie est injuste parfois. Souvent. Et je sais que tu l'as déjà compris.

Les adultes font des choix, que tu peux ne pas comprendre; et parfois, c'est la vie qui impose ses choix, et tout comme toi, les adultes ne les comprennent pas.

Ce soir, j'ai mal. Mon cœur pleure. Et pourtant, tu me reviens d'une longue séparation de 4 jours, qui m'a semblé une éternité.

Mais tu me reviens avec des mots durs, des incompréhensions, des questions, et des réponses qu'on t'a imposées, qu'on t'a fait gober, et qui giclent à ma figure et dégoulinent le long de mes espérances.

Je ne voulais pas ça pour toi. Comme toute mère, je voulais le meilleur; je veux le meilleur.

Je veux que tu puisses grandir dans un cocon d'amour honnête, plein de partages, de rires, mais aussi de règles qui te permettront de grandir sainement et sereinement.

Je veux que tu fasses tes expériences, tes idées, que tu puisses réfléchir, selon toi, et non selon les autres.

Je veux que tu puisses être un homme, un Homme, un vrai, plein de forces, mais aussi de douceur; un homme qui se respecte et qui respecte les autres. Un homme bien dans sa peau. Un homme heureux.

Est-ce que je m'éloigne de cette heure où le venin d'un autre m'a atteint en plein cœur, au travers des tes petites dents pointues?

Pas vraiment… Car comment vais-je pouvoir t'offrir ce cocon, où de chenille tu deviendras papillon? Comment réussir, alors qu'irrémédiablement, une toile se tisse autour de toi et te fait croire que tu es une araignée?

Toutes ces métaphores, pour ne pas dire les mots qui cognent, parler de celui qui blesse et manipule ton petit cœur d'enfant.

Et si mon cœur pleure ce soir, c'est pour ça, et uniquement pour ça.

La blessure infligée et le venin qui coule, se dispersera, petit à petit je le sais. Car j'ai appris à me protéger.

Mais comment tolérer ces mensonges, ou ces vérités qu'il t'impose?

Comment te faire comprendre que le choix était difficile, mais qu'il était vital.

Comment te le dire sans dénigrer… sans dire la réalité… Sans encore une fois t'imposer des vérités de grandes personnes que ta petite tête ne devrait même pas entendre, même chuchotées?

Alors, je me tais. Je ravale ma fierté, ma colère, mes larmes, ma rage, ma haine, pour tout ce qui te fait du mal.

J'y arriverai. Coûte que coûte. Parce que je t'aime, vraiment, réellement, merveilleusement. Parce que tout cet amour te portera vers les bons choix, les bonnes questions, les bonnes réponses. Les tiennes. Pas ceux des autres.

Je ne répondrai pas à la bêtise par la bêtise.

Mes sourcils se froncent, et mes yeux sont secs.

Mais en attendant, mon cœur pleure ce soir.

 

Rédigé par Maman est servie

Publié dans #BABI, #divorce, #enfant, #famille, #amour, #humeur, #humeurs, #maman, #tristesse, #vie, #éducation, #manipulation

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article