Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De la garde partagée... à l'éducation partagée

Publié le par Frogange

Telle est la question... un livre qui va peut-être m'aider...

Telle est la question... un livre qui va peut-être m'aider...

Ça fait longtemps que je ne suis pas venue vous écrire un petit billet...

La vie quotidienne prenant le pas sur le blog, ces derniers mois, mais pour une bonne cause... même deux bonnes causes... dont je vous parlerai plus tard, via un autre billet!

Mais je reviens, pour vous parler de mon Poupounou, et de la difficulté de cette année de CP; cette année de grand; cette année de grande école et de grands changements.

Difficultés, non pas à l'école, non pas en soi, non pas parce que Poupounou est difficile.

Non.

Difficultés, parce que la "garde partagée" devient "éducation partagée", et que ce passage de l'un à l'autre, n'est évident pour personne.

Quand l'enfant est petit et que les parents s'entendent, ou, du moins, communiquent, ça le fait.

Quand l'enfant grandit, qu'il faut resserrer les boulons, construire les rails, et le faire rouler droit, tous les jours... toutes les semaines.. ça se corse!

Parce que même si on a a priori la même éducation dans les grandes lignes, et les mêmes envies pour notre choupi chéri, la séparation fait que les chemins s'écartent et que les différences d'éducation se creusent, sont exacerbées.

Et pour toutes ces raisons, cette année ne fût pas vécue "finger in the nose"!

On ne peut pas élever un enfant une semaine sur deux. Il faut que l'éducation se fasse tous les jours, toutes les semaines, SUR LE MÊME MODE. AVEC LES MÊMES RÈGLES.

Et utopiste ou bisounours girl, moi j'y croyais malgré la séparation, malgré les rancœurs, malgré les nouveaux conjoints...

Alors non, nous n'avons pas échoué... Mais ce n'est pas facile de composer avec l'Ex, avec l'Autre, avec leurs manières de faire.

Les choses ne sont pas faciles, pas évidentes, pas innées!

On essaie de ne pas se mêler de ce qui se passe de l'autre côté... Mais on ne peut pas s'empêcher d'interférer quand cela touche à son enfant, et qu'il y a des conséquences (A l'école, psychologiques, physiques ou autre).

Et là, on met le doigt dans l'engrenage qui fait mal, quand l'Ex ne voit pas ça d'un bon œil.

On se déchire, on se scrute, on se balance des reproches plein la tête...

Les difficultés sont des deux côtés...

Pas facile pour lui de prendre ses responsabilités d'éducation de père, d'établir des règles, de s'y tenir, après avoir été absent ou presque pendant 4 ans....

Pas facile pour moi de lâcher la moitié de mes responsabilités de mère, après avoir assuré seule ou presque, son éducation à temps plein, à ma manière, avec mes règles.

Alors, on continue à communiquer, mais plus sur le même mode.

Et c'est là, que je remets en question mon choix de garde alternée.

Est-ce vraiment une bonne idée? Est-ce vraiment jouable? Pour combien de temps?

Est-ce qu'il ne faudrait pas changer?

Reprendre le gouvernail à temps plein?

Oui mais voilà... c'est pas si simple... Poupounou ne souhaite pas trop se détacher de son papa qu'il vient à peine de "retrouver"... Et Papa, même s'il "assume mal" (selon moi) ses responsabilités, ne veut plus lâcher cette "prise".

Est-ce vraiment lui qui ne veut pas? Est-ce pour le "show-off" qui lui est cher?

Je ne saurai le dire...

Mais la décision ne se fait pas... Et Poupounou en souffre.... Et nous aussi, parce qu'une semaine sur deux, on le reprend, on resserre les boulons, on le remet dans les rails... ET on recommence 15 jours plus tard. ET c'est épuisant...

J'en profite d'ailleurs pour adresser un GRAND Merci à mon Amoureux, grâce à qui, le guidon est plus facile à tenir, et qui, en parfait beau-papa, m'aide à construire les rails, et à maintenir Poupounou droit devant! Merci mon Amour!

Alors, lors de mon passage en avril dernier sur Sud Radio, Isabelle me demandait si je n'avais jamais regretté ce mode de garde, j'hésitais... mais répondais que non.

Quelques mois plus tard, quelques problèmes de santé physique et psychologique de Poupounou plus tard, avec les vacances qui arrivent et le recul que l'on prend sur cette année passée...

J'hésite toujours... Mais le regret fait de plus en plus surface.

Non pas que je regrette les années passées, car ce fût, je pense, la meilleure solution, pour tous.

Mais... jusqu'à maintenant...

A partir de cette année de passage vers l'âge de raison... Je doute que ce soit encore la meilleure solution... pour tous...

A suivre...

Commenter cet article