Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De Dieu à la tolérance... en passant par mon fils

Publié le par Frogange

Ce n'était pas prévu de vous parler religion, ni aujourd'hui, ni à vrai dire, jamais...

Mais au vu des évènements matinaux de la maison du Bonheur, je suis désolée... mais je vais pousser un autre coup de gueule. Et celui-là, me tient particulièrement à cœur!

Je n'ai pas été élevée dans la religion, et croyez-le ou non, mais j'en suis heureuse, car cela m'a permis de faire mon choix en tout libre-arbitre!

Car non, la religion, ce n'est pas de l'inné, c'est de l'acquis. Je suis ultra tolérante sur les croyances, les non-croyances, moi-même étant plus agnostique qu'athée. Mais la religion, c'est de l'acquis! On croit parce que nos parents croient, ou notre entourage croit, ou parce qu'on a choisi de croire. Et idem, pour ceux qui ne croient pas. C'est donc ce qu'on appelle de l'acquis a contrario de l'inné, qui viendrait génétiquement. Encore faut-il donner le choix à l'enfant...

Vous allez me dire: "Mais où tu veux en venir au juste?"

Et bien voilà, mon fils de 6 ans, Poupounou, ne se pose pas tant de question que ça sur la religion... Parce que ses grands-parents (et père) le matraquent dune pseudo "vérité", d'une manière tout à fait catégorique, rigide, incomplète et sans alternative.

Poupounou nous fait donc des crises de larmes quand on parle de nos non-croyances, car pour "lui", cette différence fait qu'il ne peut pas nous aimer.

Moi sa mère, de foi différente (tant est qu'il en ai vraiment une à 6 ans!!!!), il ne peut pas m'aimer. Merci papy!

Il nous parlait d'une fois, où, chez son papy: "Papa et l'Autre sont restés à la maison, et moi je suis allé à la messe avec papy et mamy". Je lui demande "pourquoi? l'Autre ne voulait pas aller à la messe?".

"Non, car elle trouve ça trop triste, et donc ne veut pas y aller"

"Elle n'est peut-être pas croyante?"

"Bah si, elle croit en Dieu, sinon, je ne l'aimerais pas"

Choquée de cette phrase (je le suis encore en vous relatant les faits), interloquée, affolée, bouleversée, je lui répond du tac au tac: "Mais mon cœur ça n'a rien à voir, moi tu ne m'aimes pas alors?".

Je vous passe les détails de notre dialogue familial matinal et sordide...

Poupounou s'est mis à pleurer à chaudes larmes, en me disant de ses mots: "Ça me touche au cœur".

Essayant de calmer l'angoisse de ce petit bout (qui n'a pas besoin qu'on lui en rajoute une couche, alors qu'il a déjà du mal à gérer la séparation, et les absences de son père!), je lui demande d'essayer de m'expliquer par des mots son désarroi, plutôt que de l'exprimer avec des pleurs, et que ça lui ferait du bien de pouvoir dire et comprendre pourquoi ça le met dans un état pareil.

Je l'aide un peu, ayant à peu près compris l'état d'esprit dans lequel il est: "Est-ce que c'est parce que du coup, je ne suis pas comme toi, parce qu'on est différent?"

Bingo!

Mon fils est persuadé qu'il croit en DIeu, car il croit, et n'a aucune raison de ne pas croire, en ce que lui inculque son grand-père.

Et, par sous-information, désinformation, ou information de l'ex belle-famille, il pense que ceux qui ne croient pas, ne peuvent pas être dans son cœur.

Soit, que moi, sa maman, il ne peut l'aimer!

Je pense que je n'ai pas à dire beaucoup plus à vos cœurs, pour que vous compreniez ma tristesse et ma colère profonde.

Lorsque je me suis mariée religieusement avec l'Ex, j'ai dit et écrit (j'ai dû le faire, pas le choix, je ne suis pas baptisée, et sans ce petit laïus de toute façon, je ne pouvais l'épouser) que je ne m'opposerai pas à l'éducation religieuse de mon fils. (Certes, j'ai aussi dit que je l'aimerai toujours, dans la richesse ou dans la pauvreté blablabla... mais c'est un autre sujet ;-) )

Et je suis toujours de cet avis.

Cependant, pour moi, l'éducation religieuse commence par donner les éléments d'ensemble, expliquer qu'il y a différentes religions, qu'il y a différents Dieux, qu'il y a aussi des gens qui ne croient pas, et des gens qui ne savent pas quoi croire. L'éducation religieuse, c'est donner tout le champs des possibles avant de donner sa propre conviction.

Là, ce qu'ils font, ce n'est pas de l'éducation religieuse. Car Poupounou ne savait pas avant qu'on lui explique, l'Amoureux et moi, qu'il y avait différentes religions... Qu'il y avait des musulmans, des juifs, des chrétiens orthodoxes, des athées etc... Qu'il y avait le choix.

Trop compliqué pour un petit garçon de 6 ans me direz-vous? Certes! Je suis d'accord!

Pour moi aussi, l'éducation religieuse à proprement parler (bien sûr on peut aborder la question de Dieu superficiellement à un enfant de moins de 8 ans), ne devrait commencer qu'à 8/9 ans, l'âge où l'enfant a suffisamment appris des choses de la vie, à lire, à écrire, et à prendre du recul pour construire son propre avis sur les choses.

Après le fameux "âge de raison".

A 6 ans, l'enfant croit ce que son entourage proche lui dit. Et son entourage "religieux" à mon fils, lui a dit que Dieu existait, qu'il a créé le monde, qu'il fallait croire en Dieu, (Voire peut-être même que les non-croyants iraient brûler en enfer... sait-on jamais!!!!), point final à la ligne.

Encore une fois, je le répète, je n'ai rien contre les croyants, contre leurs croyances, ni contre l'éducation religieuse des enfants.

Mais là, j'appelle pas ça de l'éducation, j'appelle ça du matraquage!

Les éduquer, oui; leur imposer, non!

Je souhaite que mon fils intègre le libre-arbitre et qu'il puisse faire son choix de religion, comme pour tout autre domaine de la vie en connaissance de cause...

Ça a complètement perturbé Poupounou, qui a déjà du mal à comprendre pourquoi papa et maman se sont séparés... et là, il faut comprendre que "maman, je peux pas l'aimer parce qu'elle n'a pas la même religion que moi, et qu'elle ira brûler en enfer!!! (Non c'est pas traumatisant ça pour un enfant de 6 ans ^^)

Ne pas apprendre à un enfant, tout d'abord, que la différence existe et qu'elle doit être respectée, est une erreur fondamentale.

C'est comme ça qu'on arrive à se détester les uns les autres.

C'est comme ça qu'un enfant dans la cour, persuadé de sa croyance, crachera sur son copain, parce qu'il est différent et parce qu'il ne croit pas en la même chose que lui.

C'est comme ça qu'un enfant se fera "casser la gueule dans la cour" pour avoir dit à son copain qu'il ne l'aimait pas parce qu'il n'était pas croyant.

C'est comme ça qu'un adolescent ira s’endoctriner dans un pays voisin pour revenir poser des bombes dans les écoles de nos enfants.

C'est comme ça qu'un adulte restera en France, et, persuadé qu'il a raison, fera brûler des mosquées pleines de croyants en train de prier.

C'est comme ça qu'on s'enrôle dans les guerres de religion.

C'est comme ça qu'on se tue!

... Et c'est comme ça qu'on éduque mon fils?

Je dis non.

Trop c'est trop.

Alors je lui explique.

"Oui, il y a des différences, oui, il y a des gens qui ne croient pas, et d'autres qui ne croient pas à la même chose que toi.

Mais la différence n'est pas une maladie!

Au contraire, elle nous enrichit, elle nous apporte une ouverture d'esprit, des points de vue différents, et, pour moi, la sagesse..."

Je ne sais pas si Dieu existe.

Je ne sais pas si Dieu n'existe pas.

Mais ce que je sais, ce en quoi je crois avant toute chose, c'est en la tolérance de chacun malgré les différents points de vue, opinions, races, religions, couleurs de peau, origines, handicaps.

Et si je veux inculquer quelque chose à mon fils, en matière d'éducation, c'est bien ça!

J'ai couru alors à Cultura chercher un petit livre intitulé "Max et Lili se posent des questions sur Dieu".

Nous allons le lire ensemble ce soir, mais je l'ai parcouru et le trouve particulièrement bien tourné, d'une manière tout à fait neutre, et en tout respect des religions et des non-croyances.

Je vous ferai un retour sur cette lecture via un nouveau post, si cela vous intéresse.
De Dieu à la tolérance... en passant par mon fils

Commenter cet article

Pat 11/09/2015 13:06

Comme je comprends ta colère et ta tristesse !!!!!
C'est une très bonne idée ce livre, et je suis sure que tu arriveras à trouver les mots qui vous apaiseront, et lui feront comprendre la différence et la tolérance.
Ca vaudrait le coup d'en toucher 2 mots à l'Ex non ????

Frogange 11/09/2015 13:12

Oh que oui... Monsieur l'Ex aura le plaisir d'entendre mes 2 mots (d'une demie-heure chacun!!) sur le sujet, dès demain...